Infos de la FSU

S'abonner à flux Infos de la FSU
Avec la FSU, pour la Fonction publique
Mis à jour : il y a 2 min 18 sec

Services publics, alternatives et écologie : septembre 2022

il y a 2 heures 52 min

Un automne qui s’annonce chaud

Durant cet été caniculaire les services publics ont montré leur caractère indispensable pour faire face aux conséquences extrêmes du réchauffement climatique
et protéger les populations (service de lutte contre les incendies, hôpitaux, prévisions météo, etc.), mais cela a aussi mis en évidence l’insuffisance des moyens dont ils disposent pour accomplir leurs missions. L’accélération et la répétition des événements auront pointé l’urgence à changer le modèle responsable des catastrophes et à adapter nos modes de vie à la transformation de notre environnement. Mais les annonces à la rentrée laissent déjà entrevoir la faiblesse des engagements du gouvernement à tenir ce cap…

SPAE, note septembre 2022

L’article Services publics, alternatives et écologie : septembre 2022 est apparu en premier sur Fédération Syndicale Unitaire.

La FSU interpelle les parlementaires sur la réforme du lycée professionnel.

il y a 9 heures 54 min

La réforme de la voie professionnelle pilotée par la ministre déléguée Carole Grandjean est déjà bien avancée pour une mise en œuvre dès la rentrée 2023.

La ministre nous en a en effet présenté les grandes lignes lors de bilatérales et, tout en prétendant que rien n’était définitif, continue à partir du postulat qu’il faut « rapprocher le lycée professionnel du modèle de l’apprentissage », et prend par ailleurs certains éléments comme une base incontournable et non négociable de sa future réforme, en particulier le doublement des périodes de stage qui vont profondément diminuer et déstabiliser les temps d’enseignement dans les lycées professionnels, laissant peu de marge aux discussions.

courrier_fsu_andre_chassaigne_28_09_22
courrier_fsu_boris_vallaud_28_09_22
courrier_fsu_cyrielle_chatelain_28_09_22
courrier_fsu_mathilde_panot_28_09_22
courrier_fsu_eliane_assassi_28_09_22
courrier_fsu_guillaume_gontard_28_09_22
courrier_fsu_patrick_kanner_28_09_22
Priorités-et-propositions-2022_SNUEP-FSU-1 (1)

.fusion-body .fusion-builder-column-0{width:100% !important;margin-top : 0px;margin-bottom : 0px;}.fusion-builder-column-0 > .fusion-column-wrapper {padding-top : 0px !important;padding-right : 0px !important;margin-right : 1.92%;padding-bottom : 0px !important;padding-left : 0px !important;margin-left : 1.92%;}@media only screen and (max-width:1024px) {.fusion-body .fusion-builder-column-0{width:100% !important;}.fusion-builder-column-0 > .fusion-column-wrapper {margin-right : 1.92%;margin-left : 1.92%;}}@media only screen and (max-width:850px) {.fusion-body .fusion-builder-column-0{width:100% !important;}.fusion-builder-column-0 > .fusion-column-wrapper {margin-right : 1.92%;margin-left : 1.92%;}}.fusion-body .fusion-flex-container.fusion-builder-row-1{ padding-top : 0px;margin-top : 0px;padding-right : 0px;padding-bottom : 0px;margin-bottom : 0px;padding-left : 0px;}

L’article La FSU interpelle les parlementaires sur la réforme du lycée professionnel. est apparu en premier sur Fédération Syndicale Unitaire.

Le Medef doit nous entendre !

il y a 11 heures 51 min

Le 6 octobre, se déroule le Conseil d’administration de l’AGIRC-ARRCO. Dans une situation où le niveau des retraites complémentaires fait du surplace face à une inflation galopante (6,1 % en juillet), il y a urgence à augmenter les pensions. Les mécanismes de ce système AGIRC-ARRCO doivent être revus.

 

20220926_Appel

 

 

L’article Le Medef doit nous entendre ! est apparu en premier sur Fédération Syndicale Unitaire.

julien, engagé au quotidien pour une augmentation de nos salaires

mer, 28/09/2022 - 20:00
.fusion-body .fusion-builder-column-0{width:100% !important;margin-top : 0px;margin-bottom : 20px;}.fusion-builder-column-0 > .fusion-column-wrapper {padding-top : 0px !important;padding-right : 0px !important;margin-right : 1.92%;padding-bottom : 0px !important;padding-left : 0px !important;margin-left : 1.92%;}@media only screen and (max-width:1024px) {.fusion-body .fusion-builder-column-0{width:100% !important;order : 0;}.fusion-builder-column-0 > .fusion-column-wrapper {margin-right : 1.92%;margin-left : 1.92%;}}@media only screen and (max-width:850px) {.fusion-body .fusion-builder-column-0{width:100% !important;order : 0;}.fusion-builder-column-0 > .fusion-column-wrapper {margin-right : 1.92%;margin-left : 1.92%;}}.fusion-body .fusion-flex-container.fusion-builder-row-1{ padding-top : 0px;margin-top : 0px;padding-right : 0px;padding-bottom : 0px;margin-bottom : 0px;padding-left : 0px;}

L’article julien, engagé au quotidien pour une augmentation de nos salaires est apparu en premier sur Fédération Syndicale Unitaire.

Communiqué intersyndical – Arrivée au pouvoir de l’extrême droite : solidarité avec les Italien·nes pour le respect des droits

mer, 28/09/2022 - 17:06

Les dernières élections générales italiennes ont vu l’extrême droite arriver en tête du scrutin. Avec la droite elle détient une majorité absolue lui permettant de constituer un gouvernement. Le poste de cheffe du gouvernement devrait être occupé par une candidate dont la filiation fasciste ne fait pas mystère.

Ce séisme politique, qui tend à banaliser l’arrivée au pouvoir de l’extrême droite en Europe, intervient alors même que le bloc de la droite et de l’extrême droite suédoise a gagné d’une courte majorité les élections législatives face à la gauche parlementaire sortante. Ce contexte n’est pas sans entrer en résonance avec, en France, le score important du RN aux dernières élections législatives et l’arrivée d’un groupe de 89 député·es à l’Assemblée Nationale en juin dernier.

Nos organisations prennent avec le plus grand sérieux cette situation et la dynamique inédite qui voit progresser les idées nationalistes, racistes, contraires aux droits des femmes, des LGBTQi+ et antisociales partout en Europe.

Nous adressons notre soutien aux syndicalistes italiens et italiennes et à l’ensemble de la population qui risquent de faire grands frais de politiques anti syndicales. Nous considérons que c’est d’abord en répondant aux attentes sociales de la population particulièrement malmenée par les crises économiques, sociales, écologiques, acculée par les hausses généralisées des prix que l’on s’opposera durablement aux idées et pratiques des politiques d’extrême droite. En ce sens, nous décidons de renforcer notre lutte contre l’extrême droite et de travailler ensemble à empêcher son développement et son accession au pouvoir.

 

Le 28 septembre 2022

 

cp_commun_election_italie_sept_2022

L’article Communiqué intersyndical – Arrivée au pouvoir de l’extrême droite : solidarité avec les Italien·nes pour le respect des droits est apparu en premier sur Fédération Syndicale Unitaire.

Emilie, engagée au quotidien pour une augmentation de nos salaires

mar, 27/09/2022 - 20:47
.fusion-body .fusion-builder-column-0{width:100% !important;margin-top : 0px;margin-bottom : 20px;}.fusion-builder-column-0 > .fusion-column-wrapper {padding-top : 0px !important;padding-right : 0px !important;margin-right : 1.92%;padding-bottom : 0px !important;padding-left : 0px !important;margin-left : 1.92%;}@media only screen and (max-width:1024px) {.fusion-body .fusion-builder-column-0{width:100% !important;order : 0;}.fusion-builder-column-0 > .fusion-column-wrapper {margin-right : 1.92%;margin-left : 1.92%;}}@media only screen and (max-width:850px) {.fusion-body .fusion-builder-column-0{width:100% !important;order : 0;}.fusion-builder-column-0 > .fusion-column-wrapper {margin-right : 1.92%;margin-left : 1.92%;}}.fusion-body .fusion-flex-container.fusion-builder-row-1{ padding-top : 0px;margin-top : 0px;padding-right : 0px;padding-bottom : 0px;margin-bottom : 0px;padding-left : 0px;}

L’article Emilie, engagée au quotidien pour une augmentation de nos salaires est apparu en premier sur Fédération Syndicale Unitaire.

Toutes et tous dans la rue le 28 septembre 2022 – Journée internationale pour le droit à l’avortement

mar, 27/09/2022 - 14:59
Le droit à l’avortement doit être reconnu comme droit fondamental partout et tout le temps.

Aux États-Unis, la Cour Suprême a osé en juin dernier remettre en cause le droit à l’avortement qui dépendra désormais des différents États. A ce jour déjà 18 États interdisant l’avortement ou sont en passe de la faire, quatre réduisent son accès.

.fusion-body .fusion-builder-column-1{width:100% !important;margin-top : 0px;margin-bottom : 0px;}.fusion-builder-column-1 > .fusion-column-wrapper {padding-top : 0px !important;padding-right : 0px !important;margin-right : 1.92%;padding-bottom : 0px !important;padding-left : 0px !important;margin-left : 1.92%;}@media only screen and (max-width:1024px) {.fusion-body .fusion-builder-column-1{width:100% !important;}.fusion-builder-column-1 > .fusion-column-wrapper {margin-right : 1.92%;margin-left : 1.92%;}}@media only screen and (max-width:850px) {.fusion-body .fusion-builder-column-1{width:100% !important;}.fusion-builder-column-1 > .fusion-column-wrapper {margin-right : 1.92%;margin-left : 1.92%;}}.fusion-body .fusion-flex-container.fusion-builder-row-2{ padding-top : 0px;margin-top : 0px;padding-right : 0px;padding-bottom : 0px;margin-bottom : 0px;padding-left : 0px;}

L’article Toutes et tous dans la rue le 28 septembre 2022 – Journée internationale pour le droit à l’avortement est apparu en premier sur Fédération Syndicale Unitaire.

Michael Zemmour, invité au CDFN de septembre 2022

lun, 26/09/2022 - 17:26

En septembre 2022, la FSU tenait son CDFN de rentrée.

En lien avec l’actualité, la FSU a voulu apporter un éclairage sur la réforme des retraites, de nouveau à l’ordre du jour du gouvernement Macron.

A cette occasion, la fédération a invité Michael ZEMMOUR, maître de conférence en Économie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, pour nous donner son analyse sur le projet de réforme avancé, et ses impacts sur la société.

.fusion-body .fusion-builder-column-0{width:100% !important;margin-top : 0px;margin-bottom : 20px;}.fusion-builder-column-0 > .fusion-column-wrapper {padding-top : 0px !important;padding-right : 0px !important;margin-right : 1.92%;padding-bottom : 0px !important;padding-left : 0px !important;margin-left : 1.92%;}@media only screen and (max-width:1024px) {.fusion-body .fusion-builder-column-0{width:100% !important;order : 0;}.fusion-builder-column-0 > .fusion-column-wrapper {margin-right : 1.92%;margin-left : 1.92%;}}@media only screen and (max-width:850px) {.fusion-body .fusion-builder-column-0{width:100% !important;order : 0;}.fusion-builder-column-0 > .fusion-column-wrapper {margin-right : 1.92%;margin-left : 1.92%;}}.fusion-body .fusion-flex-container.fusion-builder-row-1{ padding-top : 0px;margin-top : 0px;padding-right : 0px;padding-bottom : 0px;margin-bottom : 0px;padding-left : 0px;}

L’article Michael Zemmour, invité au CDFN de septembre 2022 est apparu en premier sur Fédération Syndicale Unitaire.

Mobilisé·es le 29 septembre, pour nos salaires, pour nos emplois, pour la Fonction publique

lun, 26/09/2022 - 16:46

Dans un contexte marqué par une inflation galopante et le besoin d’investir fortement dans la Fonction publique, le gouvernement refuse de s’engager sur une nouvelle augmentation de la valeur du point d’indice. Alors que la hausse de 3,5 % qu’il a dû consentir au 1er juillet ne compense pas l’inflation enregistrée depuis le 1er janvier, ce blocage gouvernemental est intolérable autant qu’irresponsable.

Mobilisé·es le 29 septembre pour nos salaires, nos emplois, la FP
.fusion-body .fusion-builder-column-0{width:100% !important;margin-top : 0px;margin-bottom : 20px;}.fusion-builder-column-0 > .fusion-column-wrapper {padding-top : 0px !important;padding-right : 0px !important;margin-right : 1.92%;padding-bottom : 0px !important;padding-left : 0px !important;margin-left : 1.92%;}@media only screen and (max-width:1024px) {.fusion-body .fusion-builder-column-0{width:100% !important;order : 0;}.fusion-builder-column-0 > .fusion-column-wrapper {margin-right : 1.92%;margin-left : 1.92%;}}@media only screen and (max-width:850px) {.fusion-body .fusion-builder-column-0{width:100% !important;order : 0;}.fusion-builder-column-0 > .fusion-column-wrapper {margin-right : 1.92%;margin-left : 1.92%;}}.fusion-body .fusion-flex-container.fusion-builder-row-1{ padding-top : 0px;margin-top : 0px;padding-right : 0px;padding-bottom : 0px;margin-bottom : 0px;padding-left : 0px;}

L’article Mobilisé·es le 29 septembre, pour nos salaires, pour nos emplois, pour la Fonction publique est apparu en premier sur Fédération Syndicale Unitaire.

Simulateur Collectif Nos Retraites

lun, 26/09/2022 - 15:14

La FSU vous propose de retrouver ici le simulateur de retraite du collectif Nos Retraites, pour connaître l’effet de la réforme Macron sur votre retraite.

.fusion-body .fusion-button.button-1.button-3d,.fusion-body .fusion-button.button-1.button-3d:hover{box-shadow:inset 0 1px 0 #fff, 0 0.15em 0 #efaee5, 0.1em 0.2em 0.2em 0.15em rgba(0, 0, 0, 0.3);}.fusion-body .fusion-button.button-1.button-3d:active,.fusion-body .fusion-button.button-1.button-3d:hover:active{box-shadow:inset 0 1px 0 #fff, 0 1px 0 #efaee5, 0.05em 0.1em 0.1em 0.07em rgba(0, 0, 0, 0.3);}.fusion-body .fusion-button.button-1{border-color:#efaee5;border-radius:2px 2px 2px 2px;background:#efaee5;}.fusion-body .fusion-button.button-1 .fusion-button-text,.fusion-body .fusion-button.button-1 i,.fusion-body .fusion-button.button-1:hover .fusion-button-text,.fusion-body .fusion-button.button-1:hover i,.fusion-body .fusion-button.button-1:focus .fusion-button-text,.fusion-body .fusion-button.button-1:focus i,.fusion-body .fusion-button.button-1:active .fusion-button-text,.fusion-body .fusion-button.button-1:active i{color:#000000;}.fusion-body .fusion-button.button-1:hover,.fusion-body .fusion-button.button-1:active,.fusion-body .fusion-button.button-1:focus{border-color:#ffffff;background:#efaee5;}Simulateur Collectif Nos Retraites .fusion-body .fusion-builder-column-0{width:100% !important;margin-top : 0px;margin-bottom : 20px;}.fusion-builder-column-0 > .fusion-column-wrapper {padding-top : 0px !important;padding-right : 0px !important;margin-right : 1.92%;padding-bottom : 0px !important;padding-left : 0px !important;margin-left : 1.92%;}@media only screen and (max-width:1024px) {.fusion-body .fusion-builder-column-0{width:100% !important;order : 0;}.fusion-builder-column-0 > .fusion-column-wrapper {margin-right : 1.92%;margin-left : 1.92%;}}@media only screen and (max-width:850px) {.fusion-body .fusion-builder-column-0{width:100% !important;order : 0;}.fusion-builder-column-0 > .fusion-column-wrapper {margin-right : 1.92%;margin-left : 1.92%;}}.fusion-body .fusion-flex-container.fusion-builder-row-1{ padding-top : 0px;margin-top : 0px;padding-right : 0px;padding-bottom : 0px;margin-bottom : 0px;padding-left : 0px;}

L’article Simulateur Collectif Nos Retraites est apparu en premier sur Fédération Syndicale Unitaire.

Solidarité avec les iraniennes et les iraniens qui luttent pour leurs libertés

lun, 26/09/2022 - 10:52

Depuis plus d’une semaine des dizaines d’iraniens et d’iraniennes sont décédé-es lors de manifestations massives réprimées violemment. Ces dernières font suite à la mort tragique de Masha Amini, jeune femme de 22 ans, tuée dans un commissariat où elle avait été conduite parce qu’elle ne « portait pas correctement son voile ».

Demandant à ce que la vérité soit faite sur ce décès, des premières manifestations ont fleuri dans le pays. En signe de protestation face au régime policier et religieux des dizaines de manifestantes retirent leurs voiles, revendiquent le droit de disposer de leurs corps et de s’affranchir de l’oppression patriarcale du régime.

La réponse du pouvoir, toujours la même, est la violence et la répression policière causant au moins 50 mort-es, notamment dans la jeunesse.

Cette répression grandissante se poursuit depuis les mouvements sociaux de 2019 provoqués notamment par l’inflation qui accable le pays. A cela s’ajoute depuis la multiplication des arrestations, de syndicalistes notamment.

C’est dans un contexte d’aggravation de la pauvreté et de durcissement contre toutes les libertés que s’exprime la colère du peuple iranien.

La FSU exprime son soutien et sa totale solidarité au peuple iranien qui se révolte contre un régime cruel et aux femmes, qui luttent là-bas, comme partout dans le monde, pour leurs droits, notamment celui de disposer librement de leurs corps.

La FSU dénonce la décision préfectorale d’empêcher la manifestation du dimanche 25 septembre à Paris. Les images du gazage des manifestantes et manifestants en France envoient un message aux dirigeants iraniens que les autorités françaises doivent rectifier rapidement.

 

Les Lilas le 26 septembre 2022

 

2223_2609_cp_fsu_soutien_peuple_iranien

L’article Solidarité avec les iraniennes et les iraniens qui luttent pour leurs libertés est apparu en premier sur Fédération Syndicale Unitaire.

Communiqué intersyndical – Halte à la répression syndicale – Kai Terada doit être réintégré sur son poste sans délai !

ven, 23/09/2022 - 14:34

Halte à la répression syndicale

Pour le respect de la liberté syndicale

Kai Terada doit être réintégré sur son poste sans délai !

Lors du CTMEN de ce vendredi 23 septembre, Les organisations syndicales FSU, UNSA éducation, FNEC FP-FO, SGEN CFDT, CGT Éduc’action, SNALC – avec le soutien de Sud Éducation – ont fait une déclaration commune dénonçant avec la plus grande fermeté les pratiques de répression syndicale ou d’atteinte à la liberté syndicale et exigeant l’annulation de la décision de la rectrice de Versailles de muter d’office Kai Terada, professeur de mathématiques au Lycée Joliot-Curie de Nanterre et militant syndical départemental Sud Éducation.

En l’absence de réponse du ministre ou de son cabinet en séance, inacceptable compte tenu de la gravité en termes de répression syndicale que constitue la mesure prise à son encontre, la FSU, la FNEC FP-FO et la CGT Éduc’action ont quitté le CTMEN.

Ce jeudi, Kai Terada a en effet appris qu’il était muté d’office dans l’intérêt du service dans un lycée des Yvelines. Pourtant, le rectorat lui-même indique qu’il n’y a rien qui justifie d’engager la moindre procédure disciplinaire. La rectrice de Versailles use donc d’un procédé de contournement que les motivations de la décision assument en tant que tel.

La seule motivation affichée par l’administration lors du CTMEN est de garantir la continuité du service dans l’établissement. Pourtant, les personnels y sont massivement en grève pour protester contre la suspension et maintenant le déplacement dans l’intérêt du service de leur collègue, tant il est évident qu’il s’agit d’une sanction disciplinaire déguisée et sans fondement.

Les organisations syndicales FSU, FNEC FP-FO, CGT Éduc’action et Sud Éducation dénoncent les agissements de la rectrice de Versailles.

Ces faits s’inscrivent dans un contexte d’atteinte à la liberté syndicale qui a pris une ampleur inédite et dangereuse dans l’Éducation nationale sous le ministère de Jean-Michel Blanquer. Ça suffit !

Après le succès du rassemblement de soutien à notre collègue devant le ministère mercredi 21 septembre, nos organisations syndicales sont déterminées à poursuivre leur action de soutien plein et entier pour le respect du droit syndical dans l’éducation nationale.

Le ministre Pap Ndiaye doit prendre ses responsabilités et annuler sans délai la décision de la rectrice de Versailles et réintégrer Kai Terada sur son poste.

Paris le 23 septembre 2022

cp_intersyndical_reintegration_immediate_de_kai_terada

L’article Communiqué intersyndical – Halte à la répression syndicale – Kai Terada doit être réintégré sur son poste sans délai ! est apparu en premier sur Fédération Syndicale Unitaire.

Communiqué intersyndical – Rassemblement en soutien à Anthony Smith, inspecteur du travail, à Nancy le 28 septembre 2022

ven, 23/09/2022 - 10:18

Anthony Smith, inspecteur du travail dans le département de la Marne avait été suspendu de ses fonctions par le Ministère du travail le 15 avril 2020, puis sanctionné disciplinairement par une mutation d’office. Il avait demandé, dans le cadre de la crise sanitaire du Covid-19, des mesures et équipements de protection de salarié.es d’une association d’aide à domicile, et notamment de masques FFP2 pour des tâches qui ne peuvent être réalisées en respectant les règles de distanciation sociale.

Il n’a fait que son travail, suite à une alerte des représentant.es du personnel, pour faire respecter les droits de ces salarié.es aux emplois précaires, à 97% des femmes et garantir leur santé et leur sécurité.

Dans cette affaire, la presse a largement documenté les pressions, influences, collusions et interventions de l’employeur de la hiérarchie directe de l’inspecteur, du Président du Conseil Départemental et posé avec une grande acuité la remise en cause de l’indépendance reconnue par la norme n°81 de l’Organisation Internationale du Travail.

Le 28 septembre, le tribunal de Nancy statuera sur la requête en annulation de cette sanction disciplinaire inacceptable. Nos organisations appellent à rejoindre le rassemblement organisé à cette occasion à 10 heures, 5 place de la Carrière à Nancy.

Nous affirmons que le monde du travail a plus que jamais besoin d’une inspection du travail aux prérogatives renforcées, centrée sur la protection des conditions de travail.

Nous affirmons également le nécessaire et strict respect de l’indépendance des inspectrices et inspecteurs du travail reconnue par l’Organisation Internationale du Travail.

Nous réaffirmons avec force notre attachement à des services publics et à une Fonction publique au service de l’intérêt général, répondant aux besoins de la population et contribuant à son émancipation.

Nous affirmons que le statut général des fonctionnaires fondé sur les principes d’indépendance, d’égalité et de responsabilité doit être respecté : il constitue la garantie de la mise en œuvre d’un service public neutre, impartial et à l’abri de toutes formes de pression.

Nos organisations expriment leur soutien plein et entier à Anthony Smith, inspecteur du travail !

 Paris, le 23 septembre 2022

2022.09.23 – Intersyndicale FP – 28 septembre A. SMITH – Inspection du travail
.fusion-body .fusion-builder-column-0{width:100% !important;margin-top : 0px;margin-bottom : 0px;}.fusion-builder-column-0 > .fusion-column-wrapper {padding-top : 0px !important;padding-right : 0px !important;margin-right : 1.92%;padding-bottom : 0px !important;padding-left : 0px !important;margin-left : 1.92%;}@media only screen and (max-width:1024px) {.fusion-body .fusion-builder-column-0{width:100% !important;}.fusion-builder-column-0 > .fusion-column-wrapper {margin-right : 1.92%;margin-left : 1.92%;}}@media only screen and (max-width:850px) {.fusion-body .fusion-builder-column-0{width:100% !important;}.fusion-builder-column-0 > .fusion-column-wrapper {margin-right : 1.92%;margin-left : 1.92%;}}.fusion-body .fusion-flex-container.fusion-builder-row-1{ padding-top : 0px;margin-top : 0px;padding-right : 0px;padding-bottom : 0px;margin-bottom : 0px;padding-left : 0px;}

L’article Communiqué intersyndical – Rassemblement en soutien à Anthony Smith, inspecteur du travail, à Nancy le 28 septembre 2022 est apparu en premier sur Fédération Syndicale Unitaire.

Communiqué intersyndical – Réforme de l’assurance chômage : non à la jurisprudence du coup de force !

ven, 23/09/2022 - 10:13
Conférence de presse le 26 septembre à 16h Place du palais Royal devant le Conseil d’Etat

Le 26 septembre aura lieu le dernier acte judiciaire dans le cadre de la lutte contre la réforme 2019 de l’assurance chômage qui avait donné lieu à une forte contestation sociale avec à la clé un véritable feuilleton judiciaire. Le Conseil d’État avait en effet suspendu à deux reprises l’application de la réforme tant les injustices créées par cette réforme étaient criantes. Au final cependant le gouvernement avait réussi à passer en force imposant une réforme toujours aussi défavorable. Tout cela soi-disant au nom de la lutte contre la précarité prétextant que ce n’est pas le patronat qui est fautif en proposant des emplois dégradés mais les chômeurs-ses qui les acceptent !!!

Le 26 septembre, le Conseil d’État s’apprête donc à examiner au fond le dernier recours formé par les organisations syndicales (CGT FSU et Solidaires) contre le décret du 30 septembre 2021 ayant imposé la précédente réforme, sachant que le référé avait échoué au motif que le texte n’était soi-disant pas « manifestement illégal ». Il est donc très peu probable qu’il se déjugeât ce jour, qui plus est dans le contexte actuel.

En effet, à peine la précédente réforme mise en application que le gouvernement, qui n’est jamais à court d’une attaque contre les plus pauvres et fragiles des travailleurs-euses, veut encore durcir le dispositif existant alors que celui-ci a déjà fait perdre à certain-es intermittent-es de l’emploi près de 43 % de leurs indemnités ! Et cela sans même s’embarrasser de l’UNEDIC et des organisations syndicales et professionnelles qui y siègent…. Tout juste seront elles « consultées » ! Allongement du temps de travail sur une durée toujours plus réduite, durcissement des critères d’obtention des allocations chômage, territorialisation de l’indemnisation, renforcement accru des contrôles, la politique du « plein emploi » selon le ministre du chômage O. Dussopt s’entend donc par la disparition progressive des chômeurs-ses !

C’est donc à un nouveau coup de force que le gouvernement se prépare.

A l’occasion de l’examen par le Conseil d’État du dernier recours formé contre le précédent décret-chômage le 26 septembre, les organisations syndicales CGT FSU Solidaires appellent à se rassembler à 16h à Paris place du Palais Royal à Paris à l’occasion d’une conférence de presse.

 Engageons le rapport de force contre la nouvelle réforme de l’assurance chômage !

Et exigeons l’abrogation des réformes antérieures !

Pour une réforme de l’assurance chômage de justice sociale !

com rassemblement chomage 2609

.fusion-body .fusion-builder-column-1{width:100% !important;margin-top : 0px;margin-bottom : 0px;}.fusion-builder-column-1 > .fusion-column-wrapper {padding-top : 0px !important;padding-right : 0px !important;margin-right : 1.92%;padding-bottom : 0px !important;padding-left : 0px !important;margin-left : 1.92%;}@media only screen and (max-width:1024px) {.fusion-body .fusion-builder-column-1{width:100% !important;}.fusion-builder-column-1 > .fusion-column-wrapper {margin-right : 1.92%;margin-left : 1.92%;}}@media only screen and (max-width:850px) {.fusion-body .fusion-builder-column-1{width:100% !important;}.fusion-builder-column-1 > .fusion-column-wrapper {margin-right : 1.92%;margin-left : 1.92%;}}.fusion-body .fusion-flex-container.fusion-builder-row-2{ padding-top : 0px;margin-top : 0px;padding-right : 0px;padding-bottom : 0px;margin-bottom : 0px;padding-left : 0px;}

L’article Communiqué intersyndical – Réforme de l’assurance chômage : non à la jurisprudence du coup de force ! est apparu en premier sur Fédération Syndicale Unitaire.

Tempête Fiona : la FSU affirme son soutien à la population de Guadeloupe

mer, 21/09/2022 - 08:53

La FSU nationale assure de son soutien toute la population de Guadeloupe suite au passage de la tempête Fiona.

L’épisode cyclonique a occasionné de nombreux dégâts sur les réseaux routiers, électriques, téléphoniques mais surtout d’eau, privant des dizaines de milliers de Guadeloupéen-nes des éléments essentiels du quotidien.

Des établissements scolaires ont été directement impactés surtout dans la région du sud Basse-Terre.

La FSU nationale tient à rappeler la nécessité de développer et maintenir un service public de qualité pour tous ces réseaux y compris pour le bon fonctionnement des établissements scolaires. Les moyens nécessaires mais aussi de contrôles trop longtemps absents en Guadeloupe doivent le permettre. L’État doit venir en appui des collectivités locales à chaque fois que les moyens et compétences font défaut avec un souci de rendre à terme la gestion décentralisée ou déconcentrée efficace. C’est une question d’égalité entre les territoires surtout pour un territoire accusant un développement encore très en retrait par rapport aux autres régions de notre République. Trop de Guadeloupéen-nes et élèves, y compris dans leurs établissements scolaires, n’ont aujourd’hui en dehors de cet épisode cyclonique toujours pas accès à l’eau potable quotidiennement, subissent des pannes d’électricité régulières, sont en zone blanche internet et téléphone, sont victimes d’accident de la route du fait d’aménagements routiers dangereux ou manquants.

Enfin, la FSU rappelle combien pour l’école en Guadeloupe sous un climat tropical, ces réseaux sont indispensables pour assurer l’hygiène et la sécurité minimale dues aux élèves et aux personnels dans leurs pratiques ou leurs déplacements.

La FSU nationale portera avec ses syndicats nationaux ce besoin d’un rattrapage structurel au plus haut niveau de l’Etat.

 

Les Lilas le 21 septembre 2022

 

2223_2109_cp_soutien_fsu_guadeloupe_suite_tempete_fiona

L’article Tempête Fiona : la FSU affirme son soutien à la population de Guadeloupe est apparu en premier sur Fédération Syndicale Unitaire.

21 septembre 2022 – Journée internationale de la Paix

mar, 20/09/2022 - 08:29

.fusion-body .fusion-builder-column-2{width:100% !important;margin-top : 0px;margin-bottom : 0px;}.fusion-builder-column-2 > .fusion-column-wrapper {padding-top : 0px !important;padding-right : 0px !important;margin-right : 1.92%;padding-bottom : 0px !important;padding-left : 0px !important;margin-left : 1.92%;}@media only screen and (max-width:1024px) {.fusion-body .fusion-builder-column-2{width:100% !important;}.fusion-builder-column-2 > .fusion-column-wrapper {margin-right : 1.92%;margin-left : 1.92%;}}@media only screen and (max-width:850px) {.fusion-body .fusion-builder-column-2{width:100% !important;}.fusion-builder-column-2 > .fusion-column-wrapper {margin-right : 1.92%;margin-left : 1.92%;}}.fusion-body .fusion-flex-container.fusion-builder-row-3{ padding-top : 0px;margin-top : 0px;padding-right : 0px;padding-bottom : 0px;margin-bottom : 0px;padding-left : 0px;}

Le Mouvement pour la Paix dont la FSU est membre, appelle le 21 septembre à se mobiliser massivement contre toutes les guerres, pour le désarmement, pour la sauvegarde de la planète et pour la justice sociale.

La FSU appelle à rejoindre les marches pour la Paix partout où elles sont organisées.

https://fsu.fr/journee-internationale-de-la-paix-du-21-septembre-2022

 

.fusion-body .fusion-builder-column-3{width:100% !important;margin-top : 0px;margin-bottom : 0px;}.fusion-builder-column-3 > .fusion-column-wrapper {padding-top : 0px !important;padding-right : 0px !important;margin-right : 1.92%;padding-bottom : 0px !important;padding-left : 0px !important;margin-left : 1.92%;}@media only screen and (max-width:1024px) {.fusion-body .fusion-builder-column-3{width:100% !important;}.fusion-builder-column-3 > .fusion-column-wrapper {margin-right : 1.92%;margin-left : 1.92%;}}@media only screen and (max-width:850px) {.fusion-body .fusion-builder-column-3{width:100% !important;}.fusion-builder-column-3 > .fusion-column-wrapper {margin-right : 1.92%;margin-left : 1.92%;}}.fusion-body .fusion-flex-container.fusion-builder-row-4{ padding-top : 0px;margin-top : 0px;padding-right : 0px;padding-bottom : 0px;margin-bottom : 0px;padding-left : 0px;}

L’article 21 septembre 2022 – Journée internationale de la Paix est apparu en premier sur Fédération Syndicale Unitaire.

Une lettre alliant mépris et provocation

lun, 19/09/2022 - 17:22

.fusion-body .fusion-flex-container.fusion-builder-row-5{ padding-top : 0px;margin-top : 0px;padding-right : 0px;padding-bottom : 0px;margin-bottom : 0px;padding-left : 0px;}

Le Président Macron a fait le choix de s’adresser aux personnels de l’Education Nationale par courriel : utilisant le prétexte de les remercier, le message veut en réalité pointer les dysfonctionnements et les inégalités de notre école pour mieux faire la promotion des réformes envisagées.

Aucune remise en question dans ce texte alors que la responsabilité des gouvernements successifs est grande et que la politique éducative menée ces dernières années a été particulièrement dévastatrice à ce sujet. Suppressions de postes, formations initiale et continue bradées, conditions de travail dégradées, contenus d’enseignement appauvris… sont autant de signes que l’Ecole n’est pas considérée comme un investissement nécessaire à l’avenir de la Nation et l’absence de politique salariale a provoqué une pénurie de recrutement.

Pire, c’est une visée utilitariste et libérale qui justifie les projets de réformes envisagées sur la voie professionnelle ou la contractualisation des écoles et établissements qui ne vont faire que renforcer les inégalités existantes et la concurrence entre personnels et établissements.

La deuxième partie de la lettre est une provocation pour toutes et tous les enseignant-es. Les 10% inconditionnels ont été répétés plusieurs fois par Emmanuel Macron, comme candidat puis comme président, les dernières déclarations de Pap NDiaye nous ont confirmé que la revalorisation ne concernerait que les débuts, voire les milieux de carrière… Au final, les 10% ne seraient en fait qu’une moyenne comprenant les indemnités déjà accordées ces deux dernières années aux seuls débuts de carrière et la « prime informatique » de 150 euros annuels. Inadmissible pour la FSU tant les personnels du service public d’éducation ont vécu un déclassement salarial injuste et incontestable depuis des années, amplifié par le gel du point en vigueur depuis 2010. Cette revalorisation qui n’en est pas une montre le mépris profond du Président à l’égard de notre travail et de nos professions. Quant à la partie liée au pacte qui pourrait « aller jusqu’à 20% », nous ne pouvons qu’être en désaccord car celui-ci recouvre une contrepartie et donc des missions supplémentaires.  Le pacte serait-il envisagé comme une nouvelle possibilité de toucher au statut ?

L’investissement dans l’avenir de la jeunesse passe par un rattrapage des pertes de pouvoir d’achat et une revalorisation sans contreparties de l’ensemble des enseignant-es et des personnels de l’éducation, ainsi que par l’attribution de moyens supplémentaires à la totalité des écoles et établissements scolaires.

Face à cette volonté d’amplifier la politique éducative libérale menée ces dernières années et à l’urgence d’une véritable revalorisation salariale, les syndicats de la FSU appellent les collègues à poursuivre le rapport de force engagé et à se mobiliser massivement le 29 septembre pour gagner sur les salaires et les pensions !

Les Lilas le 19 septembre 2022

 

2223_1909_cp_fsu_mepris_et_provocation

L’article Une lettre alliant mépris et provocation est apparu en premier sur Fédération Syndicale Unitaire.

Appel des retraité.es à la mobilisation du 29 septembre 2022

jeu, 15/09/2022 - 15:17

Les mesures gouvernementales sur le pouvoir d’achat ne suffisent pas à mettre fin à la paupérisation de la population. La loi votée cet été pose seulement quelques rustines à travers des primes qui n’ouvrent aucun droit et qui à travers les exonérations de cotisations, ampute le salaire socialisé, fragilisant la protection sociale et le système de retraite.

Pour les retraités, le gouvernement présente la revalorisation de 4 % des pensions de base comme un maintien du pouvoir d’achat, c’est faux. La précédente revalorisation de 1,1 % du 1er janvier 2022 était censée compenser l’inflation jusqu’au 31 octobre 2021. Depuis cette date, en 9 mois, les prix se sont envolés, bien plus que les 4 % (qui seront, en outre, versés avec 3 mois de retard).

Et, pour la majorité des retraitées et retraités qui dépendent du privé, la complémentaire Agirc-Arrco n’a pas bougé alors qu’elle représente environ un tiers des revenus. Les nombreux polypensionnés de la Fonction publique sont aussi concernés par ce dossier et attendent. Malgré les demandes des organisations syndicales, le Medef bloque et refuse toute négociation avant la date habituelle du 1er novembre. Pendant ce temps-là, les prix de première nécessité s’envolent…

La crise énergétique pèse déjà fortement sur la population, particulièrement sur les plus précaires, tandis qu’aucune mesure réelle n’est prise pour une transition écologique juste. Le gouvernement se contente d’incitations à des économies d’énergies culpabilisantes, tandis que d’autres pays européens (Italie, Espagne, Allemagne, Angleterre…) s’engagent dans la taxation des superprofits des entreprises du secteur énergétique et que d’autres mettent en place des passes ferroviaires gratuits !

Le gouvernement poursuit aussi une politique fiscale qui assèche les comptes de l’État au profit des grandes entreprises et au détriment des services publics (santé, éducation, …) et du financement de la transformation écologique.

Le compte n’y est pas pour les retraités et les retraitées qui doivent se mobiliser plus que jamais pour défendre leur droit à vivre à la retraite, incluant les loisirs et la culture, et pas seulement survivre !

C’est pourquoi nos organisations de retraitées et retraités CGT, FSU, Solidaires, FGR-FP, LSR, UNRPA Ensemble & Solidaires appellent à participer aux manifestations jeudi 29 septembre et à s’inscrire dans une mobilisation large et dans la durée.

 

Paris le 15 septembre 2022

 

22 09 29 Appel G6 1

L’article Appel des retraité.es à la mobilisation du 29 septembre 2022 est apparu en premier sur Fédération Syndicale Unitaire.

Déclaration de la FSU au Conseil Supérieur de l’Education du 15 septembre 2022

jeu, 15/09/2022 - 11:44

Mmes et MM les membres du CSE,

Non,  M. le ministre, cette rentrée n’a pas été une rentrée réussie !

Malgré les mesures prises en urgence, le manque de personnels est criant que ce soit dans le premier comme dans le second degré. Cette réalité, que vous tentez de camoufler derrière le recrutement de milliers de contractuel.les non formé.es ou encore le redéploiement de professeur.es remplaçant.es, illustre bien la crise de recrutement que rencontre l’Éducation nationale.

Cette crise est la conséquence des choix politiques qui se sont accentués ces dernières années engendrant dévalorisation, dégradation des conditions de travail et perte de sens des métiers de l’enseignement.

Il ne suffira pas de coller quelques rustines ici ou là pour faire fonctionner le système éducatif dans la durée. La crise est profonde et elle risque de s’accentuer si rien n’est fait. Formation initiale et continue, réformes pour permettre réellement la réussite de toutes et tous les jeunes, il faut revoir ce qui a été fait et qui ne fonctionne pas, à commencer par la mise en place d’une réelle politique nationale d’éducation prioritaire pour permettre une meilleure réussite des jeunes les plus éloigné.es de la culture scolaire, ceux et celles issu.es des milieux les plus populaires.

Il faut en urgence revaloriser l’ensemble des métiers de l’éducation pour en améliorer l’attractivité. Cela passe par de meilleures conditions de travail et par des augmentations salariales pour tous les personnels de l’Éducation Nationale. C’est dans ce cadre que la FSU appelle l’ensemble des personnels à se mobiliser le 29 septembre, à l’appel de l’interprofessionnelle.

Mais la politique que vous commencez à mettre en place, dès cette rentrée, n’est pas de nature à résoudre les problèmes. Les débats que vous entendez ouvrir au plus près des écoles et des établissements en associant parents, élu.es, collectivités, associations, entreprises portent même les risques d’une nouvelle déréglementation de l’école publique. Ces débats sont en réalité des prétextes à développer des expérimentations locales pour contourner les principes d’égalité et de laïcité de l’école républicaine.

C’est cette même méthode que le président Macron veut utiliser pour imposer l’augmentation des stages en entreprises en lycée professionnel !

L’exemple des propositions concernant l’enseignement professionnel illustre bien le modèle d’École que vous voulez développer. Façonner encore plus le système scolaire pour qu’il réponde aux besoins du marché de l’emploi quitte à creuser encore plus les inégalités. Abandonner l’idée d’une élévation de qualification de toutes et tous au bénéfice de l’acquisition de compétences utilisables immédiatement par l’entreprise et pour développer l’emploi sous qualifiés dans certains secteurs de l’économie. Mettre au travail de plus en plus tôt une partie de la jeunesse pour essayer de répondre rapidement à la pénurie de main-d’œuvre au détriment de leur formation.

Le président et votre ministre déléguée à l’enseignement et la formation professionnels Carole Grandjean, en se fixant comme objectifs de rapprocher l’enseignement professionnel du modèle de l’apprentissage, entament, de fait, une réelle entreprise de démolition des lycées professionnels. Pour cela, ils ont commencé une véritable campagne de communication calomnieuse à l’encontre des lycées professionnels et de leurs enseignant.es. Pour faire passer leur future réforme, ils tentent de faire croire que l’on réussirait mieux en apprentissage et que l’entreprise serait plus formatrice que le lycée professionnel.

En voulant faire de celui-ci, le terrain de toutes les expérimentations possibles, en développant l’autonomie donnée aux chefs d’établissement, c’est effectivement le modèle de l’apprentissage qui est développé. Demain ce qui est à craindre, c’est la disparition d’un cadrage horaire par disciplines d’enseignement, une adaptation locale des contenus d’enseignement et une gestion des personnels par les chefs d’établissement avec un recours croissant aux contractuel.les notamment par le retour des professeur.es associé.es, des professionnel.les intervenant tout ou partie de l’année dans l’établissement.

L’augmentation du temps de stage est imposée ; une année entière sur les 3 années du cycle BAC PRO,  pour pallier le plus rapidement le manque de main-d’œuvre dans certains secteurs et dans une logique d’abaissement du «coût» du travail et de recrutement des salarié.es. Il permettra au passage de faciliter la mise en place du mixage des parcours et des publics pour continuer à développer l’apprentissage. Cette réforme détériorera la qualité de la formation et limitera les poursuites d’études dans le supérieur, elle éloignera un bon nombre de jeunes de la qualification. Elle accentuera le décrochage, augmentant une fois de plus le nombre de jeunes ni en emploi ni en formation.

Faut-il rappeler que malgré les milliards d’argent public investis sur la formation des jeunes à travers le plan « un jeune, une solution » la situation des jeunes les plus éloigné.es de la formation et de l’emploi reste préoccupante ?

Le nombre de NEET ne diminue pas et reste aux alentours de 12 % des 16-25 ans. La DARES, dans une enquête récente, révèle ainsi que si le nombre d’entrées en formation augmente globalement, le profil des jeunes concerné.es par les dispositifs de formation n’a pas changé : parmi les entrants en Garantie Jeunes et en insertion par l’activité économique (IAE), des dispositifs ne proposant pas réellement de formation qualifiante, les moins diplômé.es et celles et ceux issu.es des quartiers prioritaires de la politique de la ville, restent davantage représenté.es.  En fait, les nouveaux contrats d’alternance bénéficient avant tout à des jeunes déjà diplômé.es et plus âgé.es que précédemment. Une grande partie du financement de ce plan a principalement permis de financer le développement de l’apprentissage, créant un véritable effet d’aubaine pour les entreprises qui ont pu faire travailler des jeunes gratuitement. C’est ce modèle, coûteux pour les pouvoirs publics, qui n’a pas réellement eu d’effet sur l’amélioration de la formation et de l’insertion professionnelle des jeunes, puisqu’il a profité aux plus diplômé.es (donc à celles et ceux ayant le moins de problèmes d’insertion), que vous voulez imposer au lycée professionnel.

Ce n’est pas moins de formation mais plus de formation qu’il faut !

Pour cela, l’urgence est de repenser l’ensemble des dispositifs d’accompagnement et de formation des jeunes et leurs financements afin de permettre un accès à la formation à toutes et tous les jeunes dans de bonnes conditions, en ciblant en priorité celles et ceux qui en ont le plus besoin.

Pour cela, il faut permettre à l’ensemble des jeunes qui sont en étude et en formation de poursuivre leur cursus dans des conditions de vie acceptables et égalitaires.

Pour cela, il faut redonner les moyens à l’École de scolariser toutes et tous les jeunes en leur permettant d’atteindre à minima un premier niveau de qualification.

Pour cela, la FSU prône une scolarité obligatoire jusqu’à 18 ans sous statut scolaire.

Cette nouvelle réforme, si elle était mise en œuvre, conduirait à un véritable retour en arrière, assignant et formatant les jeunes issu.es des milieux modestes à des postes peu qualifiés sans possibilité d’évolution. Ce choix politique aggraverait encore plus les inégalités scolaires, sociales et territoriales.

La FSU s’y opposera avec force et détermination.

L’article Déclaration de la FSU au Conseil Supérieur de l’Education du 15 septembre 2022 est apparu en premier sur Fédération Syndicale Unitaire.