Revalorisation indemnitaire 2022 des Adjaenes

Déclaration liminaire

Intervention des enseignants de la FSU sur l’actualité et les problématiques académique du 1er et 2nd degré (postes non pourvu, recrutement concours, contractuelles, élèves ukrainien, CIO…) puis sur l’ordre du jour :

Nous tenons en prime abord signaler notre satisfaction de voir qu’ont été pris en considération certains éléments abordés lors du groupe de travail par la FSU, FO et SUD. Nous avions demandé pour les catégories 1 et 2 des Adjaenes en EPle, le reclassement des régisseurs de recettes. Nous aurions souhaité que les modalités d’accès, révisées à l’éclairage de nos interventions y soient intégrées. Seulement 6 agents sont pris en compte sur toute l’académie à la suite d’une mauvaise interprétation de la règlementation par notre administration académique. Nous demandons donc que soit envoyé aux chefs d’établissements et aux gestionnaires les modalités pour une prise en compte, la plus rapide, des agents concernés

Nous déplorons la faiblesse des montants, 400 euros brut par an, soit 33€ mensuel. Nous dénonçons, le fait que ce soit encore de l’indemnitaire et non de l’indiciaire, que les ATRF en soit systématiquement écartés tout comme les ATE.

Lors du même groupe de travail, il nous avait été également annoncé le risque de proratiser l’IFSE pour tous les agents en temps partiel.

Nous demandons le maintien de la situation actuelle. Alors que l’académie annonce lutter pour l’égalité femme homme, elle se trouverait à les sanctionner. Ce ne sont que très exceptionnellement les pères qui prennent les temps partiels pour s’occuper des enfants. Ce sont près de 90% de femmes et plus de 50% de catégories C qui compose la population administrative de l’académie. Ce sont ces collègues qui ont les salaires les plus faibles à qui on propose de le diminuer davantage.

Surtout que si on y regarde de plus près, leur temps partiel n’est compensé qu’à partir de 50%, et très souvent, les collègues à 80 ou 90% de temps partiel effectuent malgré tout 100% de leurs missions.

L’effet est déjà sanctionnant pour leur retraite, de plus, si elle souhaite surcotiser, elles devront payer la part de l’employeur ce qui rend peut accessible la chose.

Si c’est perdant- perdant pour les nos collègues, ça devient gagnant-gagnant pour notre employeur qui paye moins de masse salariale, ne compense pas in situ l’absence alors que le travail est fait. Ça devient même un outil pour amoindrir les suppressions ou l’absence de création de poste dans l’académie à coup de postes provisoires avec les rompus de temps partiel.

Sur d’autres sujets, nous sommes toujours en attente de la revalorisation des contractuelles, du télétravail en Eple ainsi que du CET, d’autres sujets doivent être abordés sur les requalifications de poste, bilans diverse etc…

nous sommes fin mai et nous nous inquiétons des délais de tenue et de mise en œuvre de tout ce qui pourrait être actés en faveur des agents.

Nous attendons également vos réponses sur le CIO d’Aulnay regroupé avec celui de Tremblay. Il ne sera pas possible pour la population concernée de se rendre a Tremblay.

 

Les réponses du SGA et DRRH

  • Des concours de recrutements ont été ouverts pour faire face à la pénurie d’enseignants. Plus de 500 sont en admissibilité sur le second concours. Il y aura d’autres mesures.
  • Pour le recrutement des contractuelles, il y aura des mesures de fidélisation à plusieurs niveaux en fonction des projections de zones géographiques, de matières à enseigner etc…

Un courrier sera envoyé, pour expliquer si contrat les attends immédiatement ou dans l’attente de postes disponibles. Le courrier sera rédigé de façon moins angoissante qu’il ne l’a été pour les contractuels enseignants. Les dispositions d’informations pour les contractuelles administratives seront les mêmes.

Dans le second degré il y aura un lien plus étroit avec pôle emploi et les contrats PEC.

Un contact unique devrait être joignable via le site internet de l’académie.

Il y aura une politique volontariste de remplacer les congés maternité.

  • Pour les élèves ukrainiens, il y en a environ 330 essentiellement dans le 1erdegré, des niveaux variables, très peu de francophone et problématique de l’alphabet cyrillique et l’inconnue du temps de présence. Grand investissement de l’administration et des enseignants.
  • ASA, elles sont toujours d'actualité dans le cadre de la pandémie. Si on vous la refuse, contactez nous ainsi que les CHSCTD.
  • Un groupe de travail se tiendra début septembre pour les élections professionnelles de décembre 2022
  • Pour le CIO d’Aulnay, la municipalité souhaite reprendre les locaux qui l’hébergeait. Ils n’ont pas trouvé de locaux ailleurs. La recherche se poursuit , celui de Tremblay l’hébergera pour la rentrée prochaine en attendant. Ils ont bien entendu la FSU, isl garantissent que le CIO d’Aulnay conservera son identité administrative et juridique. Ils vont regarder la faisabilité de la proposition de la FSU de tenir des antennes- permanences sur Aulnay.
  • La réflexion sur le télétravail et le CET en Eple n’a pas été oublié, mais pas de dates encore communiquées.
  • La revalorisation des contractuelles. Un travail a été fait au niveau national par le ministère, un autre entre les 3 académies d’Idf en vue d’une harmonisation des conditions de recrutement, de passage d’échelons triennal. Une déclinaison académique sera faite et passera lors du prochain CTA fin juin.
  • Proratisation de l’IFSE pour les temps partiels (catégories A, B, C) : C’est la règlementation. Ils ne veulent pas prendre le risque que les collègues soient confrontés à l’indu et à des obligations de remboursements. Ce sera appliqué au 1er septembre 2022. Les agents qui ont déjà fait la demande de temps partiel pourront revoir leur demande à l’éclairage de ce nouveau manque à gagner.

Sur l’ordre du jour, les grilles de l’IFSE des Adjaenes sont revalorisées à hauteur de 400 euros bruts annuel. Ce sera effectif sur la paye de mai et rétroactif au 1er janvier 2022