Une rentrée dans un contexte sanitaire dégradé

La rentrée scolaire se fait dans un contexte sanitaire dégradé. Le protocole sanitaire doit être renforcé pour sécuriser les conditions de rentrée dans l’intérêt des personnels, des élèves et de leurs familles, mais aussi afin d’éviter une circulation plus active du virus qui aboutirait à une fermeture totale des établissements scolaires.

Rentrée 2020 : protection et prévention

Au mois de juillet, les indicateurs étaient plutôt encourageants et pouvaient laisser espérer une rentrée presque normale d’un point de vue sanitaire. Les derniers indicateurs sont désormais tous passés à l’orange. Le protocole sanitaire actuellement en vigueur est celui du mois de juillet qui avait été, logiquement, assoupli. Il ne correspond plus ni à la situation sanitaire actuelle, ni à l’état des connaissances scientifiques. En effet, pendant l’été, plusieurs avis ou études ont pointé l’importance de la diffusion du virus par aérosol dans des lieux clos (avis du 23 juillet du haut conseil à la santé publique) ou encore le rôle des jeunes asymptomatiques dans la transmission du virus.

Au regard de la dégradation de la situation sanitaire et de l’évolution des connaissances scientifiques, le SNASUB-FSU demande un renforcement du protocole sanitaire. Il ne s’agit pas d’empêcher la rentrée mais de la sécuriser pour permettre à toute la communauté éducative de rentrer dans de bonnes conditions et de faire de la prévention afin d’éviter la fermeture totale des EPLE, services administratifs, des universités...

Lors des audiences au ministère

Nous avons exigé :

* des mesures concrètes pour renforcer le protocole sanitaire dans les plus brefs délais (voir ci-dessous). D’autres ajustements pourraient être nécessaires en fonction de l’évolution de la situation sanitaire.

* un temps d’échange sur ce sujet avec les organisations syndicales

* une information diffusée rapidement à l'ensemble des personnels pour ne pas revivre les nombreux épisodes du 3eme trimestre de l’année scolaire 2019-2020 où les personnels prenaient connaissance des informations ministérielles relatives à leur quotidien professionnel dans les médias ou sur les réseaux sociaux, 24h à 48h avant leur entrée en vigueur.

Les dimensions sanitaires du protocole de rentrée à renforcer :

- Port du masque obligatoire dans les établissements, quelle que soit la distance constatée.
- Protocole sanitaire spécifique aux services administratifs.
- Aération des salles toutes les heures pendant 10 mn et en continu (au moins une fenêtre ouverte) quand cela est possible (possibilité technique, météo...).
- Situation des personnels et élèves à risques : l’avis du conseil à la santé publique recommande le port du masque FFP2. Des informations précises doivent être données rapidement.
- Fourniture des masques gratuits par l’Education nationale à tous les élèves et tous les personnels sous sa responsabilité.
- Répartir les entrées et les sorties des élèves entre différents points de l’établissement si cela est possible, pour éviter le brassage.
- Les différentes modalités de diminution des effectifs, leurs implications pédagogiques et organisationnelles doivent être préparées et discutées collectivement.
- Élèves et personnels de retour d’une zone à risque à identifier.

-Si des élèves ou des personnels sont positifs, améliorer l’identification des personnes contacts et les tester immédiatement.
- Repenser l’organisation de la demi-pension pour limiter au maximum le brassage des élèves et des adultes.
- Transports scolaires en lien avec les collectivités territoriales responsables : demander dès maintenant des rotations supplémentaires et aménagements des arrêts à différents endroits devant l’établissement pour éviter les regroupements d’élèves
- Organisation des internats à préciser pour garantir la sécurité des élèves et des adultes.